23 Juin 2016

ÊTRE UN VOYAGEUR CAMPING-CARISTE.

LA VIE À BORD


Les erreurs à éviter quand on voyage

Voyager semble simple : on fait sa valise, on monte à bord du camping-car, on allume le moteur et c'est parti !
On se concentre souvent sur les endroits à visiter et sur les itinéraires possibles, mais il faudrait avant tout identifier les choses à ne pas faire, les erreurs à éviter quand on voyage. Question d'organisation et de compétence, cet « abc » qui, une fois acquis, restera pour toujours.


Procéder par élimination est une stratégie intéressante : on identifie tout ce qui constitue une erreur, ces choses potentiellement dangereuses pour la réussite du voyage. Il s'agit d'isoler et d'évaluer de simples précautions organisationnelles qui, une fois acquises, deviendront fondamentales : nous pouvons aller n'importe où, décider quoi voir, quoi essayer, qui écouter, tout en sachant qu'il existe une base sur laquelle tout repose : notre capacité de voyageurs.

Être un voyageur signifie savoir quelles sont les erreurs à ne pas faire en voyage.
Être un voyageur camping-cariste signifie savoir également oser, pour éviter des vacances « faciles ». Dans un camping-car, une bonne dose de créativité et d'adaptabilité est nécessaire.

Quelles sont donc les erreurs à éviter lors de nos voyages en camping-car ?

RÉSERVER AU DERNIER MOMENT

Si nous recherchons des hébergements organisés et confortables, surtout si nous voyageons avec des enfants en bas âge ou des animaux, nous pouvons opter pour un camping ou une structure spécialisée dans l'agrotourisme. Ceux qui veulent partir tranquilles, en sachant qu'ils ont déjà un hébergement qui les attend, peuvent réserver leur emplacement avant de partir.
Le délai idéal pour une réservation doit se calculer en fonction des périodes. Quand le flux touristique augmente massivement (par exemple l'été), nous conseillons de réserver au moins 6-8 semaines à l'avance. Réserver à la dernière minute est seulement avantageux en cas d'offres pour les camping-caristes.

NE PAS PROGRAMMER

En excluant les courtes sorties, il est fortement conseillé de programmer son voyage en camping-car. En plus de nombreux guides et cartes, grâce auxquels nous pouvons connaître à l'avance les caractéristiques et les attractions de la localité que nous visiterons, nous pouvons consulter la liste des sites d'information sur les destinations que nous avons sélectionnées. En cas de destinations à l’étranger, il est indispensable d'avoir des informations à jour sur : les papiers, la santé, la devise, l'unité de mesure, etc.

Consulter les journaux de bord réalisés par les autres camping-caristes se révèle être très utile : ils permettent de mettre en évidence des aspects logistiques testés en personne. Toujours dans cette phase, il est également opportun de repérer les aires de stationnement, en prévoyant quelques alternatives possibles et en emportant à bord les pages imprimées qui se révèleront être utiles sur place.

En ce qui concerne le voyage en lui-même, il est évident qu'il vaut mieux éviter - si possible - les journées de grands départs.

SE CONTENTER D'UN SEUL MOTEUR DE RECHERCHE EN LIGNE

Pour nos recherches en ligne, nous nous fions souvent aux mêmes sites ou aux mêmes moteurs de recherche, peut-être parce qu'ils nous ont déjà permis de trouver de bonnes occasions comme des remises, des avantages, des promotions. Pourtant, la paresse ne paye pas. Il vaut mieux donc effectuer nos recherches à l'aide de plusieurs moteurs de recherche et comparateurs de prix.

CHANGER L'ARGENT DANS LES GARES OU LES AÉROPORTS

À moins d'y être vraiment obligé, il s'agit d'une erreur à ne pas commettre à l'étranger sous peine de change défavorable ou de commissions sur la somme à changer. Il vaut mieux rentrer dans la ville et connaître les taux de change les plus favorables ou retirer du liquide avec sa carte de crédit à la banque.

FAIRE DES ACHATS DANS LES ZONES LES PLUS TOURISTIQUES

Tout semble plus beau et plus typique près des sites de grand intérêt. Sauf les prix et peut-être la qualité. Les restaurants et les magasins se trouvant dans les zones touristiques ne doivent pas se battre pour avoir de la clientèle, ils peuvent compter sur une fréquentation constante et ne sont pas toujours le meilleur choix. Explorer donc ce qu'il y a autour, par exemple en suivant le conseil d'un autochtone, peut être plus avantageux pour notre porte-monnaie et permet de faire d'agréables rencontres, hors des circuits touristiques.

UTILISER LA CARTE DE CRÉDIT AVEC COMMISSION

Souvent, parce que nous sommes pressés ou distraits, nous ignorons le coût de l'utilisation de notre carte de crédit à l'étranger. Et nous trouvons une surprise en rentrant, en découvrant sur notre relevé bancaire qu'avec le montant des commissions, nous aurions pu profiter de quelques jours de voyage supplémentaires. Vérifions toujours à l'avance si des frais sur les transactions sont prévus.

NE PAS VISITER L'OFFICE DU TOURISME LOCAL

Les offices du tourisme sont des trésors d'informations sur les lieux, les événements, les festivals, les transports locaux, les hébergements et bien plus encore. On trouve un office du tourisme pratiquement partout et très souvent, le personnel est mieux informé que de nombreux guides touristiques. Ne pas les consulter serait vraiment dommage !

RANGER SON ARGENT ET SES CARTES DE CRÉDIT AU MÊME ENDROIT

Cela peut sembler banal de le rappeler, mais ranger son argent, ses cartes de crédit, la monnaie locale et ses papiers dans le même portefeuille ou au même endroit dans le camping-car n'est pas sûr. En effet, si nous perdons notre portefeuille ou si nous nous le faisons voler, nous aurons tout perdu. Il est préférable de trier ces objets et d'emporter avec soi le minimum, peut-être dans une ceinture porte-monnaie à nouer autour de la taille ou du mollet.

NE PAS AVOIR DE COPIES DES PAPIERS ET DU PASSEPORT

Perdre son passeport, son permis de conduire ou sa carte d'identité, surtout si l'on se trouve à l'étranger, signifie devoir affronter de nombreuses difficultés. Disposer donc d'une copie imprimée, même sauvegardée en ligne ou sur une clé, permet une économie de temps et d'argent et d'éviter du stress inutile.

NE PAS PRENDRE UNE ASSURANCE VOYAGE

Prendre une assurance, surtout pour les longs voyages, est un bon investissement pour nous et notre camping-car. Une réserve de sérénité utile pour toute éventualité.

IGNORER LES CONSEILS DES AUTOCHTONES

Si un autochtone nous conseille d'éviter une certaine zone, il est plus sage de l'écouter : les autochtones connaissent mieux que quiconque la situation réelle du lieu où nous nous trouvons. La sécurité en voyage est aussi faite de ce type de sensibilité.

IGNORER LA CULTURE DU LIEU

Ignorer les règles culturelles et les modèles de comportement du pays visité est insultant pour celui qui nous accueille et un manque de sensibilité de notre part. Au contraire, s'adapter est une preuve d'ouverture mentale et doit être une qualité de tout véritable voyageur. Par exemple, s'embrasser à pleine bouche en public, si l'on voyage en couple, dans certaines parties du monde où la relation homme-femme ne s'exprime pas par des manifestions d'affection publique, signifie ne pas avoir compris où l'on se trouve. Il vaut mieux se documenter avant d'entreprendre un voyage en camping-car.

ÉTALER NOTRE CONDITION DE TOURISTES

Appareil photo autour du cou, smartphone à la main, guide sous le bras : on oublie souvent à quel point il est facile pour les autres de repérer que nous sommes des touristes. Dans certaines parties du monde, étaler, même involontairement, des objets de valeur peut engendrer vols ou arnaques. Bien qu'il soit difficile de ne pas se faire remarquer, dans des zones peu touristiques par exemple, il faut faire profil bas.
Ne pas nous mettre en scène signifie également ne pas créer une distance immédiate entre nous et les autres : les étrangers et les autochtones, les nantis et les moins nantis. Voici les bases essentielles du voyageur et du camping-cariste responsable.

 
<asp:ContentPlaceHolder id="PlaceHolderPageTitle" runat="server"/>