UN VOYAGE DANS LES ÎLES DES COULEURS
 
 

UN VOYAGE AUX ÎLES DES COULEURS

En camping-car, à la découverte des Açores.

Au cœur de l'Océan Atlantique, entre l'Europe et l'Amérique, les Açores sont une destination à la portée de tout le monde et à visiter en camping-car. Un voyage à travers l'histoire, les saveurs, les volcans et une nature exubérante et protagoniste.

Sur les traces de l'Atlantide en camping-car

Très citées dans toutes les météos qui se respectent, pour son anticyclone renommé et capable d'apporter un temps stable et ensoleillé sur une bonne partie de l'Europe, les Açores sont une destination fascinante et séduisante pour les amateurs de plein air et pour les voyageurs en camping-car qui aiment le contact avec une nature généreuse.

Avec une superficie de 2 333 kilomètres carrés, les Açores s'étendent sur plus de 600 kilomètres au cœur de l'océan Atlantique. Ce paradis naturel aux multiples couleurs et aux vastes horizons se compose de neuf îles volcaniques (ici, nous explorerons les 4 îles principales), toutes différentes et toutes offrent des paysages magnifiques, entre le charme du grand large et des falaises noires, en passant par les anciens cratères occupés par des lacs vert émeraude, jusqu’aux promenades dans une nature exubérante et intacte qui rappelle les forêts équatoriales dans leur complexité, mais que l'on peut atteindre et explorer facilement.

Supposées être ce qui reste du continent mythique de l'Atlantide, les Açores représentent une destination à la fois d'aventure et pour la famille, grâce à un contexte territorial hétérogène mais suffisamment limité permettant ainsi des vacances de détente à bord du camping-car, tout en alliant le désir de terres inconnues des adultes aux petites explorations et aux jeux des plus petits.

São Miguel et la capitale, Ponta Delgada

São Miguel est l'île principale des Açores mais aussi la plus grande, et le passage obligé par Lisbonne nous rappelle que cet archipel est une région autonome du Portugal. Ponta Delgada est la capitale, une charmante petite ville où la vie est décontractée, comme il se doit lorsqu'on mène une existence indépendante, loin de l'Amérique et de l'Europe.

Ponta Delgada est une ville qui s'explore à pied, en direction du nord jusqu'au fort de São Bras, construit à la moitié du XVIe siècle pour protéger la ville des attaques de pirates et qui défendit aussi la neutralité du Portugal pendant la Seconde Guerre mondiale. Puis, rendons-nous à l'intérieur de l'île, dans le luxuriant parc Antonio Borges, riche en essences tropicales telles qu'un grand ficus aux racines aériennes et proéminentes. Avec ses rythmes, ses couleurs, l’ambiance ici ressemble plus à celle d'une ville sud-américaine qu'européenne. Les maisons basses, les toits en terre cuite, les façades blanchies à la chaux, les balcons en fer forgé sont typiques du style baroque colonial caractéristique des Amériques. Le front de mer panoramique clôture un dédale inextricable de ruelles aux trottoirs en mosaïque.

Mais la richesse de cette île, que certaines vues font ressembler à une Suisse avec vue sur la mer, émerge lorsqu'on s'éloigne de la ville pour découvrir un arrière-pays composé de pâturages découpés par d’innombrables murets de pierres sèches qui morcellent la terre, et par des milliers d’hortensias perçant la lave. En passant par une suite ininterrompue de maisons rurales et de petits villages, vous atteignezRibeira Grande, une ancienne petite ville sur la côte nord, avec la mairie et la grande église de Nossa Senhora da Estrella dominant les habitations et avec une plage à perte de vue.

La découverte de l’île se poursuit vers l’ouest à travers son arrière-pays luxuriant pour atteindre les 580 mètres du Miradouro Vista do Rei, où la vue s’ouvre sur le monde de la Caldeira das Sete Cidades.

Ce vaste cratère aux parois abruptes est occupé par deux lacs face à face qui prennent leur nom de la couleur de leurs eaux : Lagoa Verde et Lagoa Azul.

Un sentier sur le bord ouest du volcan permet une agréable balade de dix kilomètres, entre les floraisons colorées d’hortensia et de strelitzia, avec une vue à couper le souffle sur le vert émeraude des lacs et le bleu de l’océan.
Après la partie occidentale, en repartant de Ponta Delgada, nous poursuivons notre voyage et partons à la découverte de l’autre côté de l’île. Ne manquez pas une visite des chutes et des moulins à eau de Ribeira dos Caldeiroes, en alternant des haltes aux belvédères vertigineux qui représentent des points panoramiques avec des tables et de hauts murets surplombant les falaises.

Et ensuite, partons pour laValle de Furnas et son lac. La ville du même nom se niche dans les fumées sulfureuses du parc géothermique, où vous pouvez choisir un bain dans les piscines d’eau sulfureuse ou une promenade parmi les sources d'eau minérale et les caldeiras bouillonnantes ; des petits restaurants préparent aussi des épis de maïs cuis à l'eau et un plat appelé cozido caldeiras das Furnas : un pot de viande et légumes cuits dans les sources sulfureuses.

L’île aux baleines : Pico

Elle se caractérise par l’impressionnant cône volcanique de 2 351 mètres qui lui donne son nom ; il est aussi le sommet le plus haut du Portugal. Dès la première reconnaissance en camping-car, Pico semble noire, volcanique, rocheuse, battue par les vents et les vagues, et exprime pleinement la nature de ces « montagnes de feu, de vent et de solitude », comme les décrivait l’un des premiers voyageurs portugais du XVIe siècle qui a débarqué là. La côte nord, venteuse et moins exposée au soleil, est plus rude, moins riche en végétation, et la mer balaie violemment ses rochers volcaniques. Nous traversons une série de petits villages en pierre noire brûlée, dans un contraste exalté par la lumière limpide de l'Atlantique.
Lajido, São Roque, Santo Amaro, nets et déserts : subsistent les toboggans pour faire descendre dans l’eau les lances pour la chasse à la baleine ; on y trouve également des tonneaux, des cuves, des presses pour la production du vin qui est maintenant la nouvelle richesse de cette terre.
À Calheta de Nesquim se trouve un petit musée avec des bateaux, des outils de chasse à la baleine, des photos des derniers baleiniers : visages aux traits rudes, marqués par le vent et par la fatigue, mais extrêmement vivants.
C'est à Lajes, une petite ville agréable, que partent les excursions pour l'observation des baleines et des dauphins et c’est là que l’on peut visiter le pittoresque musée dédié à la chasse à ce grand cétacé, une ancienne activité économique qui a été transformée aujourd'hui en une attraction touristique. Le soir, deux poissons boca negra savamment cuisinés concluent dignement la journée, accompagnés d'une bouteille de blanc Frei Gigante.

Faial, le carrefour du globe

Sur le ferry de Pico, à bord de notre camping-car, une demi-heure de navigation seulement nous sépare de l’île de Faial.
Malgré la petite taille de l’île, Horta - où nous allons - est une grande ville bien organisée, surplombant les deux baies protégées par le promontoire volcanique de la Caldeira do Inferno. Pendant des siècles, cette position a été un port privilégié des routes maritimes et le port accueille les voiliers de ceux qui peuvent se permettre de naviguer à travers l’Atlantique, à partir des côtes de toute l’Europe, du continent américain et des Caraïbes. Ici, avant de prendre la mer, on a l'habitude, comme signe de bonne chance, de laisser un graffiti sur les remparts du port qui sont donc littéralement tapissés de dessins, dates et noms, équipages et bateaux, une collection d’histoires colorées. Et puis il y a Marina de Horta, une ville cosmopolite et décontractée, avec la forteresse de Porto Pim, l’antico Caffè Peter, un lieu de rencontre des marins du monde entier, et les magnifiques azulejos de l’église de São Salvador.

Terceira, l’île aux trésors

La troisième île découverte par les Portugais (d'où le nom), Terceira a pour capitale Angra do Heroismo, déclarée patrimoine de l’humanité pour la beauté et la richesse de son architecture.
Protégée par deux forts et par le promontoire du Monte Brasil, Angra, fut une escale essentielle pour le trafic des galions chargés d'or et de marchandises précieuses. Malgré le tremblement de terre de 1980, la ville affiche toujours la splendeur des temps héroïques, dans un tissu urbain qui allie le style classique portugais aux influences de l'architecture sud-américaine.

Il faut une journée pour découvrir ses trésors et son atmosphère, pour avancer dans le labyrinthe de ruelles étroites et flanquées de Palais du XVIIe siècle tout en couleur ; pour visiter les nombreuses et riches églises, promenez-vous dans le port de plaisance dominé par une cathédrale pervenche et enfin, montez dans le parc, riche en essences tropicales, pour avoir une vue d'ensemble sur cette jolie ville ouverte sur l’océan. Parfois, le soir, du haut d'un balcon, vous pouvez vous régaler d'une tourada a corda, une corrida sans effusion de sang, typique de l’île, où quelques têtes brûlées affrontent les animaux, avec des chutes fréquentes dans l’eau pour tous les deux. Mais Terceira surprend également pour son arrière-pays : une alternance de paysages alpins et de zones sulfureuses, de landes et de grottes de lave.
En gravissant une route au milieu des sapins, nous atteignons la Lagoa do Negro puis, nous nous dirigeons vers la Gruta do Natal, une coulée de lave souterraine, longue et obscure, et vers Furnas do Enxofre, une zone de failles où surgissent des jets de vapeur brûlante, parmi les mousses et les lichens.
Enfin, vous ne pouvez pas manquer Algar Carvão, un magnifique gouffre volcanique qui s’ouvre sur quatre-vingt-dix mètres dans la roche, jusqu'aux eaux calmes d’un étang souterrain.
Nous terminons la journée avec une soupe de fruits de mer servie dans du pain et arrosée du savoureux blanc local Terras de lava et en compagnie de gens accueillants et serviables qui font que l'on ne se sent pas étrangers dans cette terre luxuriante et aux mille couleurs.

INFORMATIONS UTILES

Office du Tourisme du Portugal, www.visitportugal.com
Le site officiel de l’Office du Tourisme des Açores est www.visitazores.com/it ;
Les îles sont reliées par bateau grâce à un service de ferries et d'hydroglisseurs dirigé par Atlanticoline (www.atlanticoline.pt)
Pour les amateurs de trekking : www.trails-azores.com

<asp:ContentPlaceHolder id="PlaceHolderPageTitle" runat="server"/>