DE FIGEAC À ROCAMADOUR

LA RÉGION DU PÉRIGORD (FRANCE) : UN ITINÉRAIRE DE CONNAISSEURS

Peu de régions en Europe sont à la fois un concentré d’histoire, d’art, de nature et de gastronomie. La région française du Périgord fait partie de celles-ci. C’est ici que l’on trouve quelques-uns des plus charmants villages de France, entre murailles et châteaux médiévaux, roches, fleuves et collines fleuries : découvrons-les ensemble, en camping-car bien sûr.

  

CARCASSONNE

  

Pour cet itinéraire, nous choisissons d’entrer dans la région du Périgord en passant par Carcassonne. Intéressante ville fortifiée dotée d’imposants remparts, elle fut le principal centre de la religion cathare et le théâtre de féroces persécutions contre ses disciples de la part de Simon de Montfort.
Pour rejoindre Carcassonne, nous parcourons la D5 qui débute à Béziers et qui traverse le Minervois, splendide région de vignes et de plantes aux parfums méditerranéens.
Une fois arrivés, nous suivons les indications pour rejoindre les parkings de la Cité. Un des parkings est réservé aux camping-cars où il est possible de passer la nuit ou d’effectuer des opérations de chargement et de vidange.
La visite de la Cité médiévale commence par le château comtal (XI-XIIIe siècle) et se poursuit avec le Logis de l’Inquisition (XIII-XVIIe siècle), l’Hôtel de la Cité qui a été transformé en hôtel de luxe, la Basilique Saint-Nazaire et Saint-Celse, l’Église Saint-Sernin, le Grand Puits et enfin les remparts. La Bastide Saint Louis vaut elle aussi le détour : elle possède des édifices peut-être moins anciens que la Cité, mais ils sont aussi intéressants et seront sans aucun doute appréciés par les amateurs d’histoire architecturale médiévale.

   

ALBI

    

En prenant la D118, nous traversons un paysage particulièrement suggestif jusqu’à Mazamet. Ici, la N112 nous emmène à Albi, splendide ville sur les bords du Tarn, dont la visite obligatoire ne peut que commencer par la cathédrale Sainte-Cécile.
Construite entre le XIII et le XVIe siècle, elle apparaît comme un vaisseau de briques au cœur de la vielle cité ; cette cathédrale-forteresse, qui témoigne de la réaffirmation de la foi chrétienne après l’hérésie des Cathares, est un chef d’œuvre du style gothique méridional.
Visitons ensuite le palais de la Berbie qui accueille le musée dédié à Toulouse-Lautrec (né à Albi) et les maisons du vieil Albi, l’ancien centre qui semble défier les lignes droites. En effet, ce dernier, riche en coins et recoins, en portes cochères et en cours, ressemble à un labyrinthe conçu pour les plus curieux.
N’oublions pas qu’il existe à Albi une zone camping-car gratuite, qui se trouve sur le parking de la cathédrale et où le soir il est possible de profiter d’une magnifique vue sur l’église éclairée. En quittant Albi par la D600, nous arrivons à Cordes-sur-Ciel, ville médiévale qui semble monter jusqu’au ciel, comme l’avait imaginée à sa fondation le comte de Toulouse.

   

DU BOURG DE NAJAC À CONQUES

    

Depuis Cordes-sur-Ciel, à la hauteur de La Fouillade, nous prenons la D39 qui mène à Najac.
Dominé par le château, le bourg, une ancienne bastide, est classé comme l’un des plus beaux villages de France, titre amplement mérité.
En suivant la D911 et en prenant la D997 à Rignac, nous arrivons dans le splendide bourg de Belcastel, lui aussi classé parmi les plus beaux villages de France. Le village, qui surplombe l’Aveyron, se développe autour de son château. Malheureusement, il souffre d’une pénurie de parkings et les camping-cars, en particulier ceux de grandes dimensions, peuvent rencontrer certaines difficultés. Mais cela n’est pas une raison pour ne pas visiter le village.
En retournant sur la D911 et en parcourant quelques kilomètres, nous rejoignons Rodez qui s’annonce de loin au visiteur avec son imposante cathédrale qui, avec quelques palais Renaissance parfaitement restaurés, est l’édifice le plus estimable de cette belle ville.
Sur la D988, nous arrivons rapidement au délicieux village d’Espalion qui naît sur les bords du Lot. Ici, l’atmosphère médiévale de son ancien pont, de la place du Griffoul, des anciennes tanneries et du Vieux-Palais nous séduit et nous transporte par enchantement dans une autre époque.
En quittant Espalion, après 10 km, nous gagnons Estaing, pittoresque cité médiévale située au nord de l’Aveyron, à l’entrée des gorges du Lot.

Son patrimoine historique et artistique fait d’elle une attraction intéressante et les passionnés d’art médiéval pourront profiter de ses charmants recoins. Ce bourg est lui aussi l’un des plus beaux de France. En traversant les gorges du Lot, nous atteignons Conques, étape importante du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle et lieu unique par son patrimoine roman d’une exceptionnelle beauté.

  

DE FIGEAC À ROCAMADOUR

  

Figeac est une belle ville qui conserve un important patrimoine artistique.
De son riche passé de cité médiévale, elle a su conserver de magnifiques maisons, des demeures bourgeoises et des palais qui arborent fièrement leur élégante architecture comme, pour en citer quelques-uns, l’hôtel de la Monnaie et l’Hôtel de Balène. Figeac est également la ville natale de l’égyptologue Jean-François Champollion, découvreur de la clé permettant de déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens. La ville lui a rendu hommage en construisant une gigantesque pierre de Rosette, en mémoire de l’original, et un musée d’égyptologie dans sa maison natale où est rassemblé l’ensemble de ses travaux.

Poursuivons jusqu’à Saint Cirq-Lapopie, charmant bourg médiéval. Ses maisons, parfaitement restaurées et entourant l’église, ont conservé leurs façades en pierre ou à colombages et datent pour la plupart du XIII-XVIe siècle. Récemment, Saint Cirq est devenu un lieu privilégié des peintres et des écrivains et le bourg est donc constellé de galeries d’art et de boutiques qui s’intègrent parfaitement dans l’atmosphère d’origine.

Depuis Saint Cirq, nous rejoignons Cahors, cité fondée au premier siècle av. J.-C. qui conserve des vestiges des anciens thermes gallo-romains et les fondations du théâtre. La ville médiévale présente des monuments intéressants comme la Cathédrale Saint-Étienne et le pont Valentré. Il faut également visiter la partie moderne de Cahors, avec le boulevard Gambetta et la promenade le long du Lot sur lequel on peut effectuer d’agréables croisières.
                                                                                                   
Nous poursuivons notre chemin pour Beynac et Cazenac, bourg enchanteur. Ses maisons sont parfaitement restaurées. Construit entre le XIe et le XIIIe siècle, le château de Beynac, en cours de restauration, est très primitif et donne une idée de la vie de l’époque. Une promenade en canoë le long de la Dordogne est une expérience à ne pas manquer. Elle permet d’admirer depuis l’extérieur les châteaux de Castelnaud, de Fayrac, de Marqueyssac et, naturellement, de Roque-Gageac et de Beynac. Pour ceux qui ne souhaitent pas pagayer, il est possible d’effectuer le même parcours à bord de « gabarres », des bateaux à fond plat utilisés au cours des siècles pour le transport de marchandises sur la Dordogne.

Le voyage se poursuit vers Les Eyzies-de-Tayac.
Situé entre la falaise et le fleuve Vézère, cet agréable village est la base idéale pour la visite de la grotte de Font-de-Gaume, riche de plus de deux cents peintures rupestres remontant à la préhistoire, et la grotte de Combarelles, l’un des plus importants sanctuaires de la culture magdalénienne. Les parois sont recouvertes de plus de six cents gravures qui illustrent la faune du quaternaire. La commune des Eyzies possède une aire de stationnement très grande avec service pour camping-car.

La D47 nous mène à Sarlat-la-Canéda, ville d’art et d’histoire à la beauté exceptionnelle. La partie médiévale de Sarlat possède la plus grande concentration de monuments classés de toute l’Europe. Il faut découvrir et revivre l’histoire de la ville à travers les palais, la lanterne des morts, la cathédrale et les ruelles pittoresques. Cette ville joue un rôle fondamental dans la gastronomie française. De nombreux magasins proposent au visiteur du foie gras, des truffes, du vin, de l’huile de noix et d’autres produits d’une grande valeur gastronomique.
Il est facile de visiter Sarlat en camping-car grâce à l’aire de stationnement avec service pour camping-car près du centre historique.

Tout près de la ville se trouve la grotte de Lascaux, surnommée la chapelle Sixtine de la préhistoire grâce à ses peintures pariétales. Malheureusement, les visites sont impossibles afin de préserver les peintures de la dégradation. Mais une copie, où sont reproduites fidèlement les peintures d’origine et appelée Lascaux 2, a été construite.

En continuant notre itinéraire, nous arrivons à Rocamadour.
Le village, qui se situe sur le parcours du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, se développe sur trois niveaux de la falaise. Sur le niveau le plus haut se trouve le château à partir duquel on accède au niveau inférieur où se trouve le sanctuaire, par le chemin de Croix ou l’ascenseur incliné. Ce dernier est constitué de six chapelles, d’une basilique et d’un palais abbatial. La célèbre Vierge Noire et des peintures du XIIe siècle, exposées dans l’église de Rocamadour, invitent à la contemplation et au recueillement. La ville médiévale se trouve au plus bas niveau et est accessible par l’escalier des pèlerins ou par un autre ascenseur. La cité médiévale, avec ses quatre portes et ses maisons parfaitement restaurées dans le style d’origine, est particulièrement spectaculaire.

Nous terminons notre parcours par cette dernière étape, certains d’avoir traversé, grâce à notre fidèle camping-car, l’un des territoires les plus fascinants, féériques et romantiques d’Europe.

  

<asp:ContentPlaceHolder id="PlaceHolderPageTitle" runat="server"/>