GALLOCANTA

Gallocanta

EN CAMPING-CAR, À LA DÉCOUVERTE DE LA LAGUNE DES GRUES.

Dans la campagne solitaire du haut plateau aragonais, à mille mètres d’altitude se trouve l’un des plus extraordinaires sanctuaires naturels d’Europe. Chaque hiver, le bassin de la Réserve de Gallocanta devient la demeure de milliers de grues.

Gallocanta

Le village de Gallocanta n’est pas connu en soi. Il est constitué d’un groupe de maisons alignées le long de la rue principale et immergé dans un contexte presque irréel avec les ruines du château de Berrueco qui dominent une colline ; en se déplaçant de quelques kilomètres, on tombe sur les antiques murailles de Daroca, les canyons du Rio Piedra et du Mesa, le monastère de Piedra.
Mais en hiver, ce qui rythme la vie de ce haut plateau désert est un véritable spectacle. Devant l’attroupement sonore des vols crépusculaires de milliers et milliers de grues, vous comprendrez pourquoi la réserve de Gallocanta est considérée comme l’un des plus extraordinaires sanctuaires naturels du Vieux Continent.

Naturellement, pour apercevoir des animaux en liberté et profiter du spectacle, il est nécessaire de suivre leurs habitudes. Dans la Réserve Naturelle de la Lagune de Gallocanta, on vient pour les grues. Soyez donc prêt et actif aux moments de leurs principales activités. C’est lors des premières et des dernières heures du jour que l’air se remplit de leurs appels sonores. Si vous les entendez mais ne les voyez pas, sortez du camping-car et levez la tête : elles sont probablement en train de voler au-dessus de vous.

Le village de Gallocanta n’est pas connu en soi. Il est constitué d’un groupe de maisons alignées le long de la rue principale et immergé dans un contexte presque irréel avec les ruines du château de Berrueco qui dominent une colline ; en se déplaçant de quelques kilomètres, on tombe sur les antiques murailles de Daroca, les canyons du Rio Piedra et du Mesa, le monastère de Piedra.
Mais en hiver, ce qui rythme la vie de ce haut plateau désert est un véritable spectacle. Devant l’attroupement sonore des vols crépusculaires de milliers et milliers de grues, vous comprendrez pourquoi la réserve de Gallocanta est considérée comme l’un des plus extraordinaires sanctuaires naturels du Vieux Continent.

Naturellement, pour apercevoir des animaux en liberté et profiter du spectacle, il est nécessaire de suivre leurs habitudes. Dans la Réserve Naturelle de la Lagune de Gallocanta, on vient pour les grues. Soyez donc prêt et actif aux moments de leurs principales activités. C’est lors des premières et des dernières heures du jour que l’air se remplit de leurs appels sonores. Si vous les entendez mais ne les voyez pas, sortez du camping-car et levez la tête : elles sont probablement en train de voler au-dessus de vous.

   

Un formidable oiseau migrateur

    

La grue cendrée (Grus Grus) est un oiseau de la famille des gruiformes. Elle atteint et dépasse les deux mètres d’envergure, plus qu’un aigle royal. Elle se nourrit principalement de substances végétales comme des graines, des fruits, des racines. En vol, elle se distingue facilement des plus petits mais similaires hérons par la position de son cou, tenu bien droit plutôt que courbé. Ces oiseaux migrateurs nidifient en Europe du Nord et en Asie et, les mois les plus froids, se dirigent vers le sud, en Afrique du Nord et en Espagne. L’Estrémadure et l’Aragon sont les régions de la péninsule ibérique où ils sont le plus présents en hiver.

  

Un lac salé

     

Alimentée par les précipitations et les eaux sous-marines, la lagune de Gallocanta peut être saumâtre ou saline selon la période de l’année et le niveau de l’eau qui peut varier de deux mètres. Elle est un exemple de ce que les géologues appellent un bassin endoréique, c’est-à-dire fermé et sans exutoires, par nature sujet à des fluctuations d’extension même très marquées : il n’est pas rare qu’en été il ne reste plus qu’une croûte salée.
L’importance de la Lagune de Gallocanta a été reconnue en 1985, année d’institution d’une réserve de chasse. D’autres reconnaissances suivirent jusqu’à la naissance de l’actuelle zone protégée par le gouvernement régional d’Aragon.

Les mois d’hiver sont les plus indiqués pour visiter la zone, mais ils ne se ressemblent pas tous. Entre novembre et décembre, de très nombreuses grues transitent et s’arrêtent à Gallocanta. Mais traditionnellement, février est le mois qui compte les contingents les plus impressionnants : 70 000 grues en 2015 et 83 000 en 2014, lors de la dernière semaine du mois. Naturellement, il s’agit de périodes de l’année où les activités en plein air sont conditionnées par les conditions météorologiques pas toujours propices. La neige est ici une présence habituelle et peut revêtir le paysage d’une aura spéciale.

   

Comment visiter la réserve ?

  

Pour commencer, il vaut mieux s’arrêter au centre des visites (Centro de Interpretación) de Bello, le village se trouvant sur le versant méridional de la lagune. Se trouvant le long de la route et à environ vingt kilomètres de Gallocanta, la structure est toujours ouverte et présente une petite exposition thématique sur les grues, leurs migrations et sur la lagune. Vous y trouverez également une carte utile indiquant les parcours et les observatoires, ainsi que quelques longues-vues mises à disposition des visiteurs.

Désormais, carte en main, vous être prêt à explorer la lagune avec votre camping-car. Il est bon de préciser qu’il faut suivre des chemins de terre et que, si les conditions météo ne sont pas trop pluvieuses, il est possible de les parcourir en camping-car, avec l’habituelle prudence à adopter quand on conduit sur une route irrégulière. Tout l’itinéraire est signalé par de petites flèches vertes, tandis que les déviations où il est interdit de s’engager ont un petit panneau signalant que seuls les moyens agricoles sont autorisés. Dans ces zones, en plus des grues, il est facile d’apercevoir d’autres animaux comme des vanneaux, des avocettes, des milans noirs, des grands corbeaux, des perdrix rouges, des griffons, des busards pâles. La zone est également fréquentée par des renards, des chevreuils et des sangliers.
Le tour se fait plus émouvant quand le parcours longe des champs solitaires, offrant des panoramas toujours différents et suggestifs.

Revenez à Gallocanta et laissez votre camping-car au parking pour visiter le centre-ville. Une rue droite descend vers un observatoire sur les rives de la lagune. Point idéal pour photographier de magnifiques couchers du soleil, il permet d’apercevoir la faune ornithologique. Revenez au parking et ne prenez pas la rue principale : à gauche, avec le centre-ville dans le dos, prenez la route qui descend en direction de l’observatoire de Los Aguanares. En restant toujours aux abords du village, avec la lagune sur la gauche, après une petite descente, vous atteindrez une étendue avec d’anciens silos et quelques mètres plus loin l’observatoire. Vous vous trouvez à l’extrémité septentrionale de la lagune et l’aube est un moment privilégié pour apercevoir les groupes de grues qui quittent le plan d’eau pour se rendre dans les champs. En reprenant la route et en étant toujours attentifs aux flèches vertes, une petite montée conduit au sommet d’une colline où se trouve l’Ermita del Buen Acuerdo, une petite église avec une cour attenante et une croix en pierre : un magnifique lieu pour faire une pause et admirer depuis le haut le bassin qui accueille la lagune entourée de reliefs dénudés.

En traversant les champs, on arrive à Las Cuerlas, une petite localité sur le versant occidental de la réserve. Poursuivez le long du parcours vert jusqu’à l’observatoire de La Reguera qui est en réalité une petite tour. En effet, en montant les escaliers, il est possible d’apercevoir le versant nord et l’angle de la lagune que nous venons de longer. Si vous vous trouvez à l’observatoire peu avant le coucher du soleil, vous pourrez assister au spectacle des énormes attroupements de grues qui pleuvent littéralement du ciel pour se regrouper dans les zones dortoirs.

Vous vous trouvez désormais à Bello, où un immense silo a été transformé en hôtel. Peu avant l’hôtel se trouve le centre des visites de la réserve qui peut être un excellent point pour profiter de l’aube ou du crépuscule et se laisser survoler par une interminable nuée. Sur le bord de la lagune, on aperçoit trois petits édifices en bois clair qui ne sont accessibles que sur autorisation. Il s’agit de cabanes expressément réservées aux photographes. Elles sont si demandées par les passionnés de toute l’Europe qu’il faut réserver des mois à l’avance.

Poursuivez vers la dernière tour surélevée, l’observatoire de Canizar. Pour l’atteindre, il faut laisser le camping-car et effectuer la fin du parcours à pieds ; de là on domine bien le versant méridional de la lagune. Enfin, il ne reste plus qu’à prendre le chemin de terre sur le côté oriental entre Canizar et Gallocanta : les derniers rayons du soleil et les reflets sur l’eau à contre-jour sont un spectacle à ne pas rater tout comme les milliers de grues qui se regroupent dans les champs environnants avant leur envol du soir.

CONSEILS


Pour photographier les animaux, il faut se cacher dans les cabanes se trouvant aux limites de la lagune. Il s’agit de structures directement gérées par l’autorité régionale : il faut contacter les services au moins cinq ou six mois à l’avance (Gobierno de Aragon, www.rednaturaldearagon.com). Chaque cabane accueille deux personnes au maximum. Pour ne pas perturber la faune, il faut arriver avant l’aube et repartir après le coucher du soleil. Douze heures avec des températures proches de zéro, sans pouvoir sortir : une expérience réservée aux plus motivés.

OÙ STATIONNER
Pour le stationnement, il est possible d’utiliser les parkings du Centro de Interpretacion à Gallocanta et à Bello. L’hôtel Allucant di Gallocanta (tél. : 0034/976/803 137, www.allucant.com, info@allucant.com) sert également de point de référence logistique pour les visiteurs de la zone : il propose de nombreux services comme un restaurant, un bar avec wi-fi gratuit, un service de navette, la location de jumelles et de vélos et des excursions guidées.

ADRESSES UTILES
Oficina Comarcal de Turismo en Gallocanta (Office du Tourisme), Piazza San Mauricio 4, Gallocanta ; tél. : 0034/976/803 069, www.gallocanta.org Organisme National Espagnol pour le Tourisme, www.spain.info.

<asp:ContentPlaceHolder id="PlaceHolderPageTitle" runat="server"/>