29 Mars 2018

DEUX ANNÉES EN CAMPING-CAR​

LA VIE À BORD​

David et Sara vivent depuis plus de deux ans dans un camping-car et leur style de vie est peut-être la conséquence tangible d’une observation faite pendant leurs voyages : de quoi ai-je réellement besoin ? Qu’est-ce qui change si au lieu d’ajouter des objets dans nos valises, on commence à les enlever ?

Pour Sara et Davide, le camping-car est le moyen de transport qui reflète le mieux la condition des êtres humains, celle de se déplacer et de rester en mouvement.

Après avoir habité dans une maison, ils ont compris que sortir, être à l’extérieur en vivant dans un camping-car nous empêche de rester enfermés dans un espace.

« Ici - disent-ils- tu ne peux pas t’isoler, tu n’as pas d’espace personnel, pas de chambre. Si tu as besoin de temps pour toi, tu dois sortir, puis la nature, les personnes que tu rencontres te donnent ce dont tu as besoin. Même la perception du temps change. Par exemple, il faut être plus attentif quand on cuisine, le temps de préparation est plus important et il devient un rituel partagé. »

Mais revenons à la question initiale : quel est le critère pour sélectionner l’indispensable et le superflu pendant les voyages en camping-car ?

Sara avoue qu’avec le temps, on s’aperçoit de ce qui est vraiment utile. Elle a donné beaucoup de vêtements et de chaussures. Maintenant, sa garde-robe et celle de Davide tiennent dans une malle. Elle dit être finalement devenue une « vraie consommatrice », c’est-à-dire qu’elle porte ses chaussures jusqu’à ce que ces dernières soient usées. Dans la cuisine, elle constate qu’à part une poêle, quelques ustensiles et une casserole, il n’est pas indispensable d’avoir un garde-manger rempli :

Des pâtes, du riz et des œufs suffisent. Ils achètent le reste quand ils en ont besoin. L’espace est plutôt occupé par les livres, les skates, les rollers, les jeux.

Le camping-car offre également l’opportunité de modifier facilement l’espace intérieur, en l’adaptant aux besoins de ses habitants. L’espace partagé, sans trop de barrières, est une ressource qui stimule la créativité, affirment-ils. Davide est artiste, peintre et musicien. Sara écrit et peint. Selon eux, ce type de vie n’est pas une route toute tracée. Tout reste à découvrir et tout se mélange : l’activité créative est la vie même, ce sont les gestes et les choix quotidiens.

Naturellement, la liberté de pouvoir atteindre des lieux inattendus est très importante. Davide se rappelle de l’enthousiasme et du bonheur de découvrir de nuit des zones perdues mais magnifiques, à 1700 mètres d’altitude, en profitant d’un paysage extraordinaire et d’un ciel étoilé jamais vu auparavant.

Après deux ans, le couple continue de voyager et de découvrir des merveilles kilomètre après kilomètre. Ces moments de vie totale, vécus grâce à leur camping-car, sont recueillis sur leur blog .

Et vous, leur expérience de voyage en camping-car vous inspire-t-elle ?​

 
<asp:ContentPlaceHolder id="PlaceHolderPageTitle" runat="server"/>