20 Juil 2017

MOI, LE CAMPING-CAR ET LA ROUTE

LA VIE À BORD
MOI, LE CAMPING-CAR ET LA ROUTE

Un voyage de 20 000 kilomètres en solitaire dans toute l’Europe.

Un périple dans l’Europe continentale à travers 23 pays, à la recherche d’histoires de frontière : voici le projet « Vostok100k » réalisé par un photographe italien, Lorenzo Scaraggi, qui a décidé d’avaler, en solitaire et sur un camping-car spécial, les kilomètres faits de rencontres, de routes, de forêts, de mers, d’humanité et d’émotions. Son concept de voyage est slow, là où la lenteur signifie également recherche, partage d’expériences, narration réalisée sur Facebook et YouTube.

« Vostok100k » est le projet d’un périple en Europe continentale à travers 23 pays à la recherche d’histoires de frontière. L’idée a germé dans la tête d’un photographe italien qui, en solitaire et sur un camping-car spécial, a décidé d’avaler les kilomètres à la recherche de moments riches en rencontres, en routes, en forêts, en mers, en humanité et en émotions. Il sillonne le monde en mode slow, à une moyenne de 70 km/h et à bord d’un véhicule datant de 1982. La technologie est réduite au minimum. Sans GPS, il parcourt uniquement de vieilles routes.
Ce concept de voyage slow se traduit en recherche, partage d’expériences, narration racontée sur Facebook et YouTube avec des reportages, des interviews et des vidéos. L’ensemble du projet se nourrit de la force du web et est entièrement financé via le crowdfunding.

Le Vostok tire son nom de la navette spatiale qui emmena Youri Gagarine dans l’espace et dans un sens, voyager sur un véhicule de ce genre est aujourd’hui aussi aventureux que voyager dans l’espace.
Dans le passé, notre héros a utilisé des moyens de fortune comme l’autostop, le vélo, la marche. Mais à un certain moment, un autre moyen fut nécessaire pour réaliser lentement le rêve de tout voyageur : le tour du monde.
2,8 tonnes de mécanique pure, sans centrales électriques, fioritures technologiques, direction assistée ni climatisation sont devenues le projet Vostok100k : 100 000 kilomètres autour du monde, dont le premier chapitre, l’Europe, vient de se terminer.

Le Vostok a parcouru des routes allant du Cap Nord jusqu’à Cappadocia et le crowdfunding a permis de recueillir plus de 7000 euros en 50 jours. Sur internet, notre héros a partagé des vidéos-reportages et les histoires de « frontière » qu’il a rencontrées : un récit continu, un flux de conscience quotidienne de tout ce qu’un voyage similaire comporte. « Ainsi, même si on est seul, affirme Lorenzo, c’est comme si on avait de la compagnie. De plus, se déplacer en camping-car permet de redéfinir chaque jour le sens du mot maison ».

« J’ai passé la nuit sur les rochers du Portugal, dans le désert de Tabernas en Espagne, j’ai siroté du vin sur les froides plages d’Estonie léchées par la mer Baltique, cuisiné dans les forêts de Lettonie, écrit mon journal sur les monts d’Albanie, toujours en me sentant chez moi, entre les quatre murs de mon Vostok », raconte Lorenzo. Il poursuit : « Peut-être que le secret est de remplir ses journées de curiosité. Peut-être qu’un voyageur réussit à se sentir à l’aise dans la découverte de lieux nouveaux et que l’inconnu pénètre ton cœur pour en plus te quitter. J’ai rencontré des vagabonds, des autostoppeurs, des frères ermites et des réfugiés de guerre sur les routes de cette Europe encore à la recherche de son identité : je porterai toujours cette humanité en moi, c’est ça la véritable richesse d’un voyage. »

Lorenzo poursuit ses aventures vers de nouvelles destinations, en camping-car bien sûr, le moyen idéal pour accueillir tous les rêves qui nourrissent chaque voyage.

(Pour en savoir plus: http://www.vostok100k.com/)

 
<asp:ContentPlaceHolder id="PlaceHolderPageTitle" runat="server"/>